Attribution des Prix du Concours national en journalisme d’investigation

Le Centre d’Études des Sciences et Techniques de l’Information (CESTI) et le Réseau des journalistes pour la Bonne gouvernance des Ressources minérales (REJOB), en partenariat avec OXFAM ont lancé un Concours national en  journalisme d’investigation. 

Le concours, doté d’un prix en Télévision, en Radio, en Presse écrite et en Journalisme numérique, vise à encourager des journalistes ayant réalisé des enquêtes, sur le secteur des industries extractives au Sénégal.

Les productions soumises à compétition ont été diffusées ou publiées entre le 1er  janvier 2018 et le 29 mars 2019.

Après délibérations, les membres du Jury (Tidiane Kassé, Jacques Ngor Sarr, Mamadou Ndiaye, Ndiaga Diouf, Ndiaya Diop, Yacine Diagne, Abdoulaye Ndiaye, Yves Jacques Sow) ont attribué les différents prix aux journalistes suivants :

PRESSE ÉCRITE

1er Prix : El Hadji Ibrahima Thiam, Le Soleil

Enquête intitulée « Kharakhéna : les chercheurs d’or rient jaune ».

2ème Prix : Mamadou Sakine, Le Quotidien

 Enquête intitulée « Gabou : Exploitation de carrières. Médina Carrefour asphyxié ».

TÉLÉVISION

1er Prix : Papa Moctar Selane, 7 TV

 Enquête intitulée « Zircon de Nianfrang ».

2ème Prix : Abdoulaye Sinkare, RTS

Enquête intitulée « Orpaillage : les couloirs de la discorde ».

PRESSE EN LIGNE

1er Prix : Moussa Ngom, journaliste indépendant

Enquête intitulée «  ICS, GCO (zircon) : le bénéfice reste minime pour les populations ».

2ème Prix : Alioune Badara Diatta, Pressafrik

Enquête intitulée « Silence, les Industries chimiques du Sénégal déciment le village de Khondio ».

RADIO

1er Prix : As Momar LO, Etudiant au CESTI

 Enquête intitulée « De la poussière et du gaz au cœur des paradis miniers ».

2ème Prix :  Mouhamet Kandji, Iradio

Enquête intitulée « Impact de l’exploitation minière sur l’élevage ».

NB : La remise des Prix aura lieu dans la Case foyer du CESTI, le mercredi 20 juin 2019, à 15 heures, à l’occasion de la présentation des enquêtes réalisées par le REJOB et le CESTI sur les ressources minérales.

Célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée le 3 mai, le CESTI accueille plusieurs panels réunissant des professionnels des médias et des organisations de défense des droits humains.

Le Collectif Africain pour la Paix (CAP), en partenariat avec le CESTI, organise une conférence le vendredi 3 mai 2019 à 15h dans la Case Foyer de notre établissement.
THÈME : « Médias, vecteurs de paix sociale ». 
INTERVENANTS:
– Maître Alioune Badara CISSÉ, Médiateur de la République du Sénégal, 
– Madame Innocence Ntap NDIAYE, Présidente du haut Conseil du dialogue Social, 
– Monsieur Alioune TINE, Africajom Center,
– Monsieur Seydi GASSAMA, AmnestyInternational/Sénégal, 
– Monsieur le Commandant Ibrahima NDIAYE, Gendarmerie nationale.
De nombreux journalistes sont également attendus.

La radio UCAD FM inaugurée au CESTI

«La Voix de Cheikh Anta Diop», c’est le nom de la première radio universitaire (Ucad Fm) au Sénégal. Ucad Fm, 94.7 est logée au Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti) de l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar, qui a abrité la cérémonie de lancement avant-hier, samedi 27 avril 2019, en présence de  Cheikh Oumar Hanne, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Baptisé «la Voix de Cheikh Anta Diop», la radio Ucad Fm, selon les autorités de l’université, est conçue pour donner un «nouveau souffle» à la communication au sein de l’Ucad. A les en croire toujours, sur Ucad Fm, les débats, les échanges vont promouvoir l’éducation, la recherche, le dialogue et contribuer à asseoir la paix sociale. Ce nouvel organe de presse que l’on peut entendre désormais sur la 94.7 à Dakar, est une radio communautaire avec une portée d’émission de 100 à 120 km de rayon.

Et, selon le recteur de l’Ucad, Pr Ibrahima Thioub, elle est «la voix de la science, de la culture et du panafricanisme». Professeur Thioub, de préciser que ce médium «n’est pas, ne peut et ne doit surtout pas être la radio du rectorat ou du recteur». «La Voix de Cheikh Anta Diop est la radio de la communauté universitaire. C’est la radio des enseignants, des étudiants, des élèves, des parents: en un mot, de ceux qui veulent aider à faire jaillir la lumière», fait savoir le recteur et président de l’Assemblée de l’université.

Et de poursuivre: «l’ADN de cette radio sera donc le débat contradictoire duquel jaillira la lumière qui éclaire et rassure». Pour M. Thioub, cela doit pouvoir être facile à comprendre pour qui connait car, dit-il, «l’université est l’espace de la controverse où il faut savoir convaincre par la justesse et la force de l’argumentaire». A en croire le recteur, cette radio sera le «carrefour de la liberté, des débats et de la controverse, mais le tout dans le respect des traditions de liberté académiques, en toute responsabilité».

Revenant sur l’importance de sa création, Pr Ibrahima Thioub dira souhaiter que cette radio «soit un instrument de pacification». Selon lui, les confrontations qui surviennent à l’université sont dues soit à un manque d’information, ou une frustration des acteurs qui n’ont pas une écoute ou ils n’ont pas un endroit où ils peuvent exprimer leur besoin, leur frustration, leurs revendications.

C’est pourquoi «nous avons dit de mettre en place une radio pour que les acteurs puissent s’y exprimer, dans des débats mais aussi en toute responsabilité. L’université, c’est l’espace du savoir, de la production des savoirs dans tous les domaines et dans toutes les disciplines. Et nous voulons que ce savoir serve à la Nation, serve à la République, aux entreprises, aux collectivités territoriales», laisse-t-il entendre. 

Source : Sud Quotidien

Accord de partenariat entre l’ISIC du Maroc et le CESTI

Le directeur de l’Institut supérieur de l’Information et de la Communication (ISIC) M. Abdelmajid FADIL et la directrice du Centre d’Etudes des Sciences et Techniques de l’Information (CESTI) de Dakar Mme Cousson TRAORÉ SALL ont procédé le mercredi 26 décembre 2018, au siège de l’ISIC, à la signature d’un accord de partenariat entre les deux établissements.

Le présent projet de partenariat a pour objet de définir les actions de coopération qui seront engagées et de convenir des conditions opérationnelles de leur réalisation. Ces actions concernent les axes principaux suivants :

–  L’échange de documents et de supports pédagogiques ;

–  La mobilité des enseignants, des étudiants et du personnel administratif et technique ;

–  Le développement de projets de recherche conjoints ;

–  L’organisation du concours d’entrée au CESTI au Maroc.

Source

Concours d’entrée 2019

Le concours d’entrée au CESTI – Session 2019 – sera organisé dans cinq régions : Dakar, Ziguinchor, Saint-Louis, Kaolack et Tambacounda. Il est ouvert aux Sénégalais et aux non Sénégalais, comme indiqué ci-après :

CONDITIONS D’ACCÈS :

Niveau baccalauréat

 Aux bacheliers, aux élèves de Terminale sous réserve d’obtention du baccalauréat, aux titulaires d’un diplôme admis en équivalence du baccalauréat.

N.B. : Les élèves et étudiants candidats au concours d’entrée au CESTI niveau baccalauréat doivent être âgés de 18 ans au moins et de 24 ans au plus (nés en 1995).

 Aux professionnels de l’information et de la communication, sans limite d’âge, titulaires du baccalauréat et ayant au moins quatre (04) années d’expérience dans la profession à la date du concours (joindre les justificatifs comme le contrat de travail, ou à défaut les trois (03) derniers bulletins de salaire ou un document d’une institution de prévoyance sociale attestant du versement des cotisations du candidat).

N.B. : Par professionnel, nous entendons le journaliste de la presse écrite, de la presse en ligne, de la radio ou de la télévision et non le technicien assimilé au journaliste.

Niveau licence :

 Aux titulaires de la licence ou d’un diplôme supérieur Bac+3, sans limite d’âge.

PIÈCES À FOURNIR :

 Une demande manuscrite adressée à la Directrice du CESTI ;

 Une pièce d’état civil (extrait de naissance ou copie légalisée de la carte nationale d’identité, datant de moins de trois (03) mois) ;

 Une fiche individuelle dûment remplie, à retirer à la scolarité du CESTI, aux Centres Académiques de l’Orientation Scolaire et Professionnelle (CAOSP) des Inspections d’académie ou à demander par e-mail à infos.cesti@gmail.com.

 Une copie certifiée conforme du baccalauréat ou de la licence ou du diplôme admis en équivalence.

N.B. : Pour les candidats sous réserve du Bac, joindre obligatoirement un certificat de scolarité de l’année en cours et des copies certifiées conformes des relevés de notes de la Seconde et de la Première ;

 Une photo d’identité ;

 Un reçu des frais d’inscription (non remboursables) au concours fixés à dix mille (10 000) FCFA à payer par Poste Cash au n° 0001226695.

Les inscriptions au concours d’entrée auront lieu du lundi 14 janvier au vendredi 15 mars 2019, le matin, de 8H à 12H ; l’après-midi, de 15H à 17H aux endroits ci-après :

1- Service de la scolarité du CESTI, pour les candidats résidant dans les régions de Dakar et de Thiès ;

2- Centres Académiques de l’Orientation Scolaire et Professionnelle (CAOSP) des Inspections d’Académie de Kaolack, Tambacounda, Ziguinchor et Saint-Louis. Tous les dossiers de candidature doivent être déposés au plus tard le vendredi 15 mars 2019, à 17H, délai de rigueur.

Pour tout renseignement complémentaire, les candidats sont invités à s’adresser, les jours ouvrables, le matin, de 8H à 12H, à la Direction des Études ou au Service de la scolarité du CESTI : Téléphone 33 824 68 75/33 824 93 66, ou par e-mail : infos.cesti@gmail.com. 

Monitoring des médias

 Gorée Institute, en partenariat avec le CESTI, monitore les médias pour éviter une mauvaise couverture de l’information en période électorale. 

En plus des monitorings des réseaux sociaux, de la loi sur le parrainage et de la violence, le Gorée Institute, tenant compte des facteurs d’instabilité électorale pouvant découler de la manipulation et des prises de partie dans le traitement de l’information, intègre dans son programme le module du monitoring des médias pour parer à une mauvaise couverture de l’information relative à l’élection présidentielle sénégalaise du 24 février.

En effet, il importe de rappeler qu’historiquement, les médias au Sénégal ont participé à tous les débats politiques ainsi qu’à la plupart des combats ayant permis d’engranger des acquis démocratiques. C’est ainsi qu’une partie du sursaut démocratique ayant permis l’alternance de 2000 leur fut imputée fort de la transmission en temps réel des résultats.Toutefois, il convient de noter aussi que cette vitalité, ce foisonnement et cette contribution de la presse dans les acquis démocratiques au Sénégal renferment plusieurs travers.

La revendication à la contribution dans l’approfondissement de la démocratie au Sénégal semble légitimer certaines pratiques au sein de la presse. D’autant que la reconfiguration de l’espace public, au lendemain du processus électoral de 2012, renseigne à souhait sur la complexité des rapports entre l’espace politique et celui des médias, avec un brouillage des interrelations rendant ainsi « illisibles » les rapports média/pouvoir politique et qui pourraient impacter négativement le comportement de ces médias dans les futures échéances électorales

Sortie de promo

Pour un débarquement de 430 667 tonnes en 2015 pour une valeur commerciale estimée à 154 milliards francs CFA, la pêche maritime représente 1.4% du PIB réel. Ses produits (poissons, crustacés, mollusques, conserves et produits transformés) sont aussi une des principales sources d’exportation du Sénégal vers l’Afrique, l’Europe et surtout l’Asie.