La radio UCAD FM inaugurée au CESTI

«La Voix de Cheikh Anta Diop», c’est le nom de la première radio universitaire (Ucad Fm) au Sénégal. Ucad Fm, 94.7 est logée au Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti) de l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar, qui a abrité la cérémonie de lancement avant-hier, samedi 27 avril 2019, en présence de  Cheikh Oumar Hanne, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Baptisé «la Voix de Cheikh Anta Diop», la radio Ucad Fm, selon les autorités de l’université, est conçue pour donner un «nouveau souffle» à la communication au sein de l’Ucad. A les en croire toujours, sur Ucad Fm, les débats, les échanges vont promouvoir l’éducation, la recherche, le dialogue et contribuer à asseoir la paix sociale. Ce nouvel organe de presse que l’on peut entendre désormais sur la 94.7 à Dakar, est une radio communautaire avec une portée d’émission de 100 à 120 km de rayon.

Et, selon le recteur de l’Ucad, Pr Ibrahima Thioub, elle est «la voix de la science, de la culture et du panafricanisme». Professeur Thioub, de préciser que ce médium «n’est pas, ne peut et ne doit surtout pas être la radio du rectorat ou du recteur». «La Voix de Cheikh Anta Diop est la radio de la communauté universitaire. C’est la radio des enseignants, des étudiants, des élèves, des parents: en un mot, de ceux qui veulent aider à faire jaillir la lumière», fait savoir le recteur et président de l’Assemblée de l’université.

Et de poursuivre: «l’ADN de cette radio sera donc le débat contradictoire duquel jaillira la lumière qui éclaire et rassure». Pour M. Thioub, cela doit pouvoir être facile à comprendre pour qui connait car, dit-il, «l’université est l’espace de la controverse où il faut savoir convaincre par la justesse et la force de l’argumentaire». A en croire le recteur, cette radio sera le «carrefour de la liberté, des débats et de la controverse, mais le tout dans le respect des traditions de liberté académiques, en toute responsabilité».

Revenant sur l’importance de sa création, Pr Ibrahima Thioub dira souhaiter que cette radio «soit un instrument de pacification». Selon lui, les confrontations qui surviennent à l’université sont dues soit à un manque d’information, ou une frustration des acteurs qui n’ont pas une écoute ou ils n’ont pas un endroit où ils peuvent exprimer leur besoin, leur frustration, leurs revendications.

C’est pourquoi «nous avons dit de mettre en place une radio pour que les acteurs puissent s’y exprimer, dans des débats mais aussi en toute responsabilité. L’université, c’est l’espace du savoir, de la production des savoirs dans tous les domaines et dans toutes les disciplines. Et nous voulons que ce savoir serve à la Nation, serve à la République, aux entreprises, aux collectivités territoriales», laisse-t-il entendre. 

Source : Sud Quotidien